Montier-en-Der 2015, le compte-rendu

Petit rituel après chaque festival de Montier-en-Der, j’aime faire un petit compte-rendu sur ce qui m’a plu dans ce festival auquel je me rends presque tous les ans depuis 2006 avec des amis photographes :)

Arrivés le jeudi après-midi sur place, nous n’avons eu le temps de visiter ce premier jour que les sites du Cosec et du chapiteau.

On remercie les organisateurs du festival pour la mise en place d’agents de sécurité suite aux événements tragiques du 13 novembre dernier, certes ça n’était pas forcément optimal, surtout lorsqu’on devait faire la queue sous la pluie, mais je crois que l’ensemble des visiteurs préféraient ceci plutôt qu’une annulation pure et simple du festival.

Premières expos, premières claques ! On est obligé d’évoquer Kyriakos Kaziras et ses “rêves blancs”, James Balog (parrain de cette édition), Orsolya et Erlend Haarberg et leur travail sur l’Islande, mais je retiens principalement les tirages d’Olivier Grunewald pour sa série “Origines”.

Ensuite on passe au chapiteau, où évidemment personne ne pouvait rater l’exposition de Vincent Munier et la promotion de son nouveau livre, “Arctique” ! On continue et voilà le stand de Fabien Dal Vecchio que je suis venu rencontrer… mais malheureusement pas à sa place à ce moment là ;) On profite tout de même de sa “Balade autour du cercle polaire” :) (Je précise qu’on a réussi à le voir le jour même avant la fermeture, présentations rapides mais cordiales, voire chaleureuses :p Julie, Fabien, on vous salue !)

Beaucoup de photos nordiques cette année. Le thème était pourtant le réchauffement climatique, mais la plupart des images nous donnaient froid :)

Et puis à côté de ça on pouvait découvrir le magnifique travail en noir et blanc d’Heidi et Hans-Jürgen Koch sur l’un des emblèmes américains : le bison.

Mais mon premier vrai coup de cœur de la journée était pour Guillaume Bily et sa série Wild Lights. Je me demande si il était vraiment bien placé, pile en face du stand de Vincent Munier n’était peut-être pas le meilleur endroit pour être visible :) Mais en ce qui me concerne, c’est bien ses paysages nocturnes qui m’ont le plus transporté ! Bravo et merci à toi Guillaume !

(cliquez sur l’image ci-dessous pour allez consulter sa série)

Guillaume-Bily_wild-lights

Deuxième jour, encore des claques visuelles ! Déjà à la halle aux blés, où les 40 tirages grands formats de littoraux de France et d’ailleurs par Frédéric Larrey étaient tout simplement sublimes !

Ensuite à la salle Saint-Berchaire on retrouvait l’univers des macros et proxy florales. Côté petites bébêtes, beaucoup de retours positifs sur les photos de Nicolas Frin (et c’est évidemment très mérité), mais de mon côté j’avoue avoir eu un petit faible pour les images de Jean-Maurice Garcia. Du côté des fleurs, ce sont les tirages de Carole Reboul qu’il ne fallait pas manquer, et bravo à son conjoint pour les tirages et montages maison ! Une grande qualité !

A la fondation Lucy Lebon, on ne pouvait pas manquer la “monochromie créative” de Bastien Riu. Des images toujours précises et d’une beauté vraiment fantastique ! Ensuite l,’intéressant “voyage dans l’autre monde” de Rémi Flament avec ses images de spéléologie qui ne sont pas seulement des photos de grottes, mais vraiment des scènes construites tout autant dans les compositions que dans les éclairages ! Et pour finir ce site, les photos nocturnes “étoiles et montagnes” de Jérôme Obiols, la Voie Lactée mise en scène de manière splendide !

Dernier site de la journée, et pas des moindre… en effet c’est à la salle des fêtes de Ceffonds que mon… que dis-je ? MES coups de cœur ! Dès l’entrée, première claque ! Thomas Crauwels, un photographe suisse qui nous a présenté de somptueux noir et blanc de montagnes ! Et quand je lorgne sur son site internet, je vais pouvoir continuer à voyager agréablement !

(cliquez sur l’image ci-dessous pour consulter son site)

Thomas-Crauwels

Puis un peu plus loin, on tombe sur le stand de Samuel Bitton et là le choc ! Des tirages “extra-larges” et phé-no-mé-naux ! Mais on est d’accord, ça ne suffit pas forcément, eh ben là, les photos sont tellement fantastiques qu’elles peuvent vraiment se suffire à elles-mêmes ; mais ces finitions – grandioses – apportent une dimension extraordinaires à ses images !

(cliquez sur l’image ci-dessous pour consulter son site)

Samuel-Bitton

Dernières visites, il y a eu le site de Droyes, qui exposait quasi uniquement de la photo ornitho et où je retiens les images de Gil Gautier ; et puis le foyer rural de Giffaumont, où j’ai eu mon dernier coup de cœur du week-end : Stéphane Granzotto et ses cachalots. Des images absolument sensationnelles ! Étant moi-même plongeur, je vous assure que ses images m’ont captées ! Et surtout ses “36 chandelles”, photo ayant reçu le prix mammifères au concours du festival de Nature Namur ! En plus, malgré son pédigrée professionnel, Stéphane Granzotto s’est révélé très accessible et sympathique :)

(cliquez sur l’image ci-dessous pour consulter une sélection de ses images sur le site de Montier)

Stephane-Granzotto

Voilà encore une fois un très beau festival où nous avons eu plaisir à nous rendre malgré la météo pourrie des premiers jours. De toute façon, qui n’a pas fait Montier sous la pluie ne connait pas Montier. :)

Et j’ajoute un petit clin d’œil à Walter Barthélemi que j’ai eu plaisir à recroiser cette année ;) Vivement qu’on prenne un peu plus de temps ;)

Voilà, c’est terminé pour 2015, à l’année prochaine pour Montier… ou peut-être Namur :)

2 thoughts on “Montier-en-Der 2015, le compte-rendu

  1. 18H de voiture pour venir à Montier du fond du Finistère mais sans aucun regret. Que de rencontres passionnantes, de récits captivants, de voyages à travers les clichés et de secrets techniques partagés ! Dès le lendemain j’ai remis la tenue camo, les jumelles et le matos photo en service qui sommeillaient au fond du placard.
    Merci d’avoir reboosté la passion un peu endormie !

    • Merci pour ton commentaire Tristan.
      Par chez toi (du moins dans ta région) tu as aussi un festival photo très intéressant, celui de La Gacilly. Certes c’est moins animalier que Montier, mais de mon côté c’est plus mon trip, et j’ai eu la chance d’y aller y’a quelques années et je n’ai qu’une envie, y retourner à nouveau :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.